“Cela ne peut que t’être profitable et ça te servira un jour ou l’autre”, c’est avec ces mots que Roland Bouat m’a convaincu de suivre ce stage moniteur.

Quelques jours plus tard, nous nous retrouvons au Poinçonnet, village de la banlieue de Châteauroux où se déroule cette formation animée par Roland.Si le précédent stage était atypique en raison de la pandémie, celui-ci l’est tout autant en étant organisé au sein même d’un club, l’US VTT Poinçonnois, nouvellement adhérent à notre fédération.

Nous sommes 10 stagiaires, la moitié en provenance du club hôte, les autres de la Châtre, de la région Orléanaise, de Beauce et de la région parisienne.Ce stage se déroule en 3 week-ends. Dès les premiers contacts, le ton est donné: nous faisons un bilan de nos connaissances: y’a du boulot! Puis l’après-midi, balade/exercices à vélo en forêt… par -6°C!

Rien n’échappe à l’œil averti de Roland qui nous pousse dans nos retranchements.

Si les VTTistes du club hôte se jouent du terrain comme de véritables gazelles, les autres stagiaires, tous routiers, sont beaucoup moins à l’aise.

“Si j’aurais su, j’aurais pô v’nu!” c’est ce que tous les stagiaires se sont dit à un moment ou à un autre: réglementation, technique, mécanique, orientation, lecture de paysage, santé,… le programme est très chargé.

Malgré tout, le groupe se forme peu à peu (“la mayonnaise prend”) et on prend conscience de nos faiblesses mais aussi de nos forces que l’on partage avec les autres.

Avec un groupe de tous âges, de tous horizons, près de la moitié de féminines, avec des pratiques du vélo très différentes, les échanges sont intenses et si nous avons du mal à nous concentrer alors que l’équipe de France de foot joue sa finale, on se dit qu’après tout, les champions, c’est nous!

Le deuxième week-end, la tension monte d’un cran: durant 24h, nous accueillons un groupe d’enfants qui vont jouer les cobayes.

Pour certains d’entre nous, c’est une première que d’encadrer des jeunes mais fort heureusement, les enfants sont très dociles: ils sont en vacances et ils n’ont jamais eu autant d’adultes pour les encadrer!

Les ados du groupe en redemandent, intéressés par la formation “ Jeune Éducateur Fédéral” (JEF), pour le plus grand bonheur de Roland (qui ne cesse de repousser son départ annoncé…).

De plus, Karim nous a réservé une surprise: en guise de soirée, nous allons assister à un match de basket féminine pro D2.

Si les enfants se régalent (on leur a donné des cornes de brumes pour encourager l’équipe locale), moi je reste en admiration devant le jeu des arbitres et profite pleinement de ce moment de détente qui fait le plus grand bien. Poinçonnet! Poinçonnet!.

Le lendemain, après une matinée toujours aussi intense, c’est avec regret que l’on quitte les enfants pour reprendre un cours magistral.

Nous craignons les derniers jours synonyme d’examen mais nous sommes heureux de nous retrouver.

Nous avons tous fait des progrès et on prend un plaisir certain à rouler en forêt sur ces chemins que nos hôtes désignent comme “bucolique”.

Fini la gamberge des premiers jours où je haïssais ces VTTistes intrépides.

On ose, on s’amuse, le temps est de la partie, quoi rêver de mieux? L’épreuve de pilotage devient dès lors un jeu.

On s’arrête dans une clairière en guise de salle d’examen.

Tirage au sort pour des questions d’orientation, mécanique et santé. “Cap 180 et clé de 15 en PLS!” Comprenne qui pourra…

La soirée nous permet de tester nos talents de ”cyclo-gourmets-gourmands”.

Et peu importe si ce n’est pas dans le programme de la formation! Nous avons 3 anniversaires à souhaiter. Un regret, celui de ne pas avoir mis de bougies sur les gâteaux.

Eric, stagiaire mais aussi trésorier du COREG nous offre un tee-shirt souvenir de ce stage.

Dernière ligne droite. Comme tout au long du stage, nous effectuons un tirage au sort.

Nous avons 10 minutes pour préparer un sujet avant de l’exposer devant tout le groupe.

Les premières minutes, je me retrouve “à sec”, peur de la feuille blanche mais très vite, les idées reviennent.

Nouveau tirage au sort pour connaître l’ordre de passage.

Nous continuons à élargir nos connaissances tout en passant cet examen si redouté.

Ils sont maintenant 4 formateurs. Roland est venu avec du renfort Micheline la femme de Roland et Claudine et Didier Boisseau. ça y est, c’est fini. Danièle Rault, vice-présidente du COREG nous a rejoint.

Debriefing, tout le monde fait tomber le masque, se retrouvant presque à nu. Un véritable groupe d’amis s’est formé.

C’est la fin du stage mais pas la fin de l’aventure. Il nous reste encore à valider cette formation avec des actions et séjours à mettre en place tout au long de l’année.

Point de vu de François Pretot

Si j’ai longtemps hésité à me lancer dans cette formation, j’en reviens gonflé à bloc.

Très intense, ce stage nous pousse en dehors de “notre zone de confort” et demande un investissement moral certain.

Mais il est avant tout un moment d’échange et de partage.

Merci à nos formateurs – tous bénévoles – d’avoir consacré un peu de leur temps précieux pour partager leurs connaissances, merci aux adhérents du club du poinçonnet pour leur accueil et à très bientôt à ces nouveaux amis “moniteurs en devenir”

Mle Léopooldine BERTELOOT – Oorléans Cyclotouriste.       M François BERTON – US VTT Poinçonnois    M HADJAZ KARIM       – US VTT Poinçonnois    Me LANGLOIS CLAUDINE   – C.O.M.C La Chatre Cyclotourisme.Mle Estelle LE  POMMELLEC – AS Brevannaise – Cyclo       M Denis LIGAT – US VTT Poinçonnois    M François PRETOT – M.S.D Chartres     M Eric SIGMUND – Etape Solognote M Loïc TROUVE – US VTT Poinçonnois Me Pascale VILLALONGA – US VTT Poinçonnois

François PRETOT

Share This
Aller au contenu principal